Conférence supraconducteurs en TS

Aujourd’hui, vendredi 24 janvier 2014, cours de physique-chimie très particulier. En effet, Pierre Février, un jeune doctorant de la faculté d’Orsay est venu nous parler de la supraconductivité. Il a introduit le sujet en nous demandant, dans un premier temps, de classer par ordre de température différentes choses, comme le soleil, une flamme, une chèvre, de l’azote liquide, Brad Pitt, ou encore l’univers tout entier. Suite à cela, il nous a présenté ce qu’est la supraconductivité. Pour ce faire, il a commencé par un petit point historique avant de nous l’expliquer à l’aide d’expériences. Il avait amené des bouteilles d’azotes liquides ainsi que des aimants, et des matériaux supraconducteurs. Le principe est de verser l’azote liquide sur une pastille qui devient alors supraconductrice, c’est-à-dire qu’elle conduit le courant parfaitement, sur laquelle se trouve un aimant. Une fois cela fait, on remarque que l’aimant se met à léviter au-dessus d’elle. L’expérience est simple quand on la regarde, mais elle est en réalité plus complexe qu’on ne peut le croire ; elle fait intervenir l’effet Messner, qui est l’exclusion totale de tout champ magnétique à l’intérieur d’un matériau supraconducteur. Suite à cela, il nous a montré que l’on pouvait également faire fonctionner un train miniature à l’aide de la supraconduction. Cette méthode semble très intéressante pour l'avenir, mais le soucis des matériaux supraconducteurs connus aujourd'hui est qu'ils ne fonctionnent que refroidit à très basse température. Ceci rend difficile leur utilisation. Il a finit en nous montrant une application de cette méthode en video. La grosse perte de place dû à l'azote pour refroidir le materiel supraconducteur est un gros inconvénient.

Laurent et Antoine